Plus de confiance en soi de l’autre côté de la frontière linguistique

by Kluwer Learning Team

Hoe gaat het met u? Parfois, une banale question de courtoisie d’un client néerlandophone peut vous déconcerter et limiter votre réponse à un « heel goed » très hésitant, quelles que soient vos connaissances de la langue de Vondel. Commercial néerlandophone de son état, Mark Maris connaît bien cette situation, mais face à des clients francophones. Il a décidé de réagir : « Ingrid, ma coach linguistique, m’a jeté dans la fosse aux lions. Je me rends désormais avec plus de confiance en moi de l’autre côté de la frontière linguistique. »

Mark vend des appareils médicaux pour Analogic Benelux et entame chaque nouvelle journée avec un agenda bien chargé. Il est néerlandophone, mais plus d’un tiers de ses réunions se déroulent en français : « J’ai appris les termes français techniques spécifiques à mon secteur. Mais cela ne suffit pas pour parler couramment. Les clients en Belgique francophone commencent en outre souvent leurs réunions par des conversations personnelles anodines. Je veux évidemment y participer de manière substantielle et avec naturel. »

Kluwer Formations et ElaN Languages ont donné à Mark l’occasion de faire des progrès énormes. Mark : « Après ma formation Kluwer dédiée au People Management, je me suis inscrit à LanguagePro, un coaching linguistique en ligne. Quelques jours plus tard, je me retrouvais face à la formatrice Ingrid Prokop – virtuellement du moins – pour la première de mes cinq séances. »

 

Une immersion complète en français dès la première seconde

Je me sens donc bien plus sûr de moi. Lorsqu’il s’agit de parler, 70 pour cent reste de l’ordre du psychologique. Il faut tout simplement oser.

Je me sens donc bien plus sûr de moi. Lorsqu’il s’agit de parler, 70 pour cent reste de l’ordre du psychologique. Il faut tout simplement oser.

La langue maternelle d’Ingrid est le français, mais elle parle aussi le japonais et maîtrise bien le néerlandais. « Mais vous ne m’entendrez jamais parler une autre langue que le français pendant une séance de coaching linguistique, » dit-elle en riant. « J’ai demandé à Mark de se présenter et de décrire son métier. Tout en l’écoutant, j’ai évalué son niveau et j’ai sondé ses attentes. »

Mark acquiesce : « J’ai dû parler français dès la première seconde. Avec une locutrice native intéressée et compréhensive. Exactement comme je l’imaginais. »

 

 

« Sans la moindre préparation »

Ingrid avait-elle consulté au préalable le site web d’Analogic ? « Absolument pas. Je commence chaque séance sur une page blanche. Les personnes que je coache doivent tout me raconter : ce qu’elles font, comment leurs machines fonctionnent… Et si cela ne m’a pas suffisamment éclairée, je demande simplement qu’elles me le réexpliquent. »

« J’ai, en effet, moi-même orienté le contenu des séances, » poursuit Mark. « J’aurais pu rester dans la lignée de ma formation People Management, mais j’ai préféré améliorer mes conversations quotidiennes. »

 

Le coaching linguistique exige une extrême concentration de la part des deux interlocuteurs. Je prends des notes tout au long de l’échange et je les transmets à mon coaché après chaque séance.

Le coaching linguistique exige une extrême concentration de la part des deux interlocuteurs. Je prends des notes tout au long de l’échange et je les transmets à mon coaché après chaque séance.

Une séance dure trois quarts d’heure. Largement assez, selon Ingrid : « Le coaching linguistique exige une extrême concentration de la part des deux interlocuteurs. Je prends des notes tout au long de l’échange et je les transmets à mon coaché après chaque séance. Un ‘rapport’ typique contient des listes de vocabulaire, des phrases clés et des points à travailler, comme : revoyez vos verbes irréguliers et mettez certains verbes pertinents en contexte en les intégrant dans des phrases utilisables. »

 

Du coaching on the spot

Kluwer Formations et ElaN Languages utilisent la plateforme de conversation BabblPro pour leurs coachings linguistiques. « Il suffit de se connecter, de mettre son casque et c’est parti, » précise Ingrid.

« C’est très flexible, » se rappelle Mark. « Une séance le soir à la maison, pendant la pause de midi ou pour remplir un trou dans mon agenda… tout était possible. Je ne devais même pas affronter les embouteillages pour parfaire mon français. »

 

Le français pour les audacieux

« Même si je n’ai suivi que cinq séances, j’en ai tiré énormément. Je me sens donc bien plus sûr de moi depuis mon coaching linguistique. Lorsqu’il s’agit de parler, 70 pour cent reste de l’ordre du psychologique. Il faut tout simplement oser. » « Mais, ajoute-t-il en souriant, Ingrid ne vous laisse de toute façon pas d’autre choix. »

 

En savoir plus ?  Retrouvez toutes les informations concernant LanguagePro, le coaching linguistique en ligne sur mesure pour parfaire votre formation.

 

Également intéressant pour vous