Le stress lié au travail s’intensifie en Flandre

by Audrey Van den Bempt
Le stress lié au travail s’intensifie en Flandre

En 2019, quelque 840 000 employés en Flandre ont souffert de fatigue psychologique, soit 1 employé sur 3. En outre, seule la moitié des employés flamands possède ce qu’on appelle un « travail faisable ». Les plaintes liées au stress du travail constituent la base du problème.

Travail faisable

Le SERV-fondation Innovation & Travail a mesuré le degré de faisabilité sur le marché flamand du travail en 2019. Le résultat : seul 1 employé sur 2 possède un travail faisable. Ceci est en partie dû au nombre croissant de plaintes liées au stress au travail. 1 employé sur 3 souffre de fatigue psychologique, en particulier dans les secteurs de l’enseignement, des soins de santé et du bien‑être et de l’alimentation. Le Pacte 2020 devrait heureusement améliorer les choses. Les partenaires sociaux et le gouvernement flamand ont pour objectif une augmentation du nombre d’emplois faisables à 60 % pour 2020. Un travail faisable apporte non seulement du plaisir au travail, des opportunités d’apprentissage et de la motivation, mais incite également à rester travailler plus longtemps.

Un moniteur de la faisabilité

Le concept de « travail faisable » est connu depuis déjà 15 ans grâce au Sociaal‑Economische Raad van Vlaanderen (SERV – le Conseil économique et social de Flandre). Ce terme désigne un travail qui ne surmène pas, ne rend pas malade, un travail qui reste intéressant et motivant, offre suffisamment d’opportunités d’apprendre et permet de trouver un bon équilibre entre vie professionnelle et vie privée. Après 10 ans de croissance régulière, le degré de faisabilité a finalement diminué ces trois dernières années.

Ce degré de faisabilité est déterminé par 4 éléments : les possibilités d’apprentissage, l’équilibre entre vies professionnelle et privée, la motivation et le stress lié au travail. Les possibilités d’apprentissage ont progressé de façon systématique ces 15 dernières années, mais l’équilibre entre travail et vie privée a quant à lui connu un léger recul. Le nombre de travailleurs présentant des problèmes de motivation augmente également. En outre, les plaintes liées au stress au travail connaissent une évolution constante depuis 2013. Le bien‑être au travail demeure donc un point important, et le stress constitue un obstacle majeur à cet égard. Le stress lié au travail est clairement à l’origine de cette baisse du degré de faisabilité.

Une augmentation du stress lié au travail

Le stress augmente dans tous les secteurs, mais dans certains plus encore que dans d’autres. Tandis qu’on relève, dans le secteur financier, les services aux entreprises et la chimie, une augmentation de 2 à 3 % seulement, on constate une augmentation du stress de 9 à 11 % dans les secteurs de l’enseignement, des soins de santé et du bien‑être et de l’alimentation. C’est un problème important, ces trois derniers secteurs représentant un quart de la totalité des employés flamands.

Diverses causes sont à l’origine de l’augmentation des problèmes liés à la pression et au stress au travail. Des postes non pourvus occasionnent un manque de personnel, tandis que l’évolution des modèles commerciaux et méthodes de travail exige beaucoup, parfois trop, de flexibilité. La cause ne se trouve cependant pas toujours sur le lieu de travail même. Une surabondance de stimuli provenant de nos smartphones et autres appareils électroniques mettent notre résilience mentale sous pression, au travail comme à la maison. En outre, les clients, patients, élèves… deviennent de plus en plus affirmés, parfois même agressifs, ce qui exerce également une pression émotionnelle sur certains employés.

Comment aller plus loin ?

Le travail faisable constitue sans aucun doute un objectif important à l’ordre du jour. Y investir, c’est aussi investir dans l’employabilité durable. Le moniteur de faisabilité indique clairement que 4 employés de plus de 40 ans sur 5 sont disposés à continuer à travailler jusqu’à leur pension, s’il s’agit bien sûr d’un travail faisable. Plus ils seront confrontés à un grand nombre d’aspects négatifs dans leur travail, moins ils s’y accrocheront.

C’est la raison pour laquelle les partenaires sociaux et le gouvernement flamand ont mis en place le plan d’action « travail faisable ». Les entreprises du secteur marchand peuvent demander des chèques de faisabilité ou une augmentation du portefeuille PME. Ceci doit leur permettre d’évaluer la faisabilité et d’élaborer un plan pour en augmenter le degré. Plusieurs campagnes de sensibilisation ont également été lancées. Sur le site « werkbaarwerk.be », par exemple, les visiteurs pourront trouver des infos, des outils et des exemples. On y trouve également des articles sur le sujet « Former le formateur » pour soutenir les formateurs et intermédiaires dans leur mission d’attirer l’attention sur le travail faisable.

Envie d’en savoir plus ?

Votre job vous stresse ou vous ployez sous la charge de travail ? Vous avez envie de prendre votre carrière en main ? Découvrez notre vaste offre de formations sur le bien-être au travail.

Également intéressant pour vous